Fous

L’indicible au fond de ventre. La béance enchevêtrée des pourquoi. Lambeaux de muqueuse qui s’agitent en arpège, entre la mémoire du corps et les lendemains au bord des lèvres. Les questions candides de l’enfant face aux réponses cyniques de l’expérience. Nous sommes plus nombreux que tu ne le crois. Seulement…

Beaucoup se sont brodés d’épais tapis sous lesquels planquer ces poussières sans nom, qui démangent dans la gorge et mouillent les cils. Elle n’est pas donnée à tous, la capacité de les examiner, de détecter toutes les couleurs du spectre de ces bouts du moi. Car, gorgées de sel et d’eau, elles gonflent et pèsent sur chaque cellule de l’être. Il faut sans doute être un peu fou pour s’acharner à y plonger les mains, fouiller, tresser un semblant de cohérence dans ce fourbis qui nécrose à mesure que les jours défilent. Il faut apprécier le concave et le convexe, s’amouracher des aspérités sans vouloir tout poncer. Il faut être curieux et masochiste.

L’indicible au fond de ventre. La béance enchevêtrée des pourquoi. Nous sommes fous. Mais même à l’intérieur, même en pleine lumière, nous voyons les étoiles.

Publicités

~ par godschizo sur 7 août 2015.

Une Réponse to “Fous”

  1. Oui, nous sommes fous…J’aime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :