What happened to her

Chloé ne peut pas mourir. Pas avant moi en tout cas. Nos souffles sont liés, comme au premier jour. Un système de vases communs niquant ensemble pour la postérité. Du moins c’est ce qu’on aime faire croire, quand les étoiles sont éteintes et que les embruns marins ont disparu.

Alors oui, là, elle fait pas bien fringante. Six pieds sous les pissenlits. Mais elle est équipée : tuba, périscope et amplificateur de son. Elle n’en perd pas une miette.

Elle consigne.

Les petites douleurs corporelles à force de fatigue. La bouche décousue de stress. L’angoisse de demain et les peurs d’hier. Les semblants, les arrière-pensées, les loghorrées intérieures. Les envies d’ailleurs. Les autres à chaque niveau de l’épiderme.

Tu vois, Chloé ne peut pas mourir. Si demain elle s’envole, ses écrits disparaitront avec elle. Puis les tréteaux, les étagères, les cartons de mémoire dans son sillon. Tous ces petits monticules poussiéreux cryptés et éparses qui encombrent mon grenier. Disparus.

Et je n’ai rien d’autre à mettre à la place.

Publicités

~ par godschizo sur 4 août 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :