Entrent les mots

Tu ne soupçonnes pas
La beauté qui émane de toi,
Derrière ton égo et ses atours
Je vois bien, les jeux et les jours.
Entre les lignes.

Tu n’as pas idée
De la valeur que tu as,
Depuis silences et sarcasmes
J’entrevois, frissons et fragilité.
Entre les liqueurs.

Tu te demandes plutôt
Ce qui m’amène à toi,
Malgré les indices et les maux
J’aperçois, tes yeux et leur voile.
Entre les pourquoi.

Tu ne mesures pas
La force qui nous lie,
Corps et âmes à chaque fois
Je sens bien, tes mains et tes soupirs.
Entre les draps.

Tue-nous d’absence
Ou vis-nous sans détour,
Quelques mots et du sens
Je crève de, adieu ou amour.
Entre. Les mots.

Publicités

~ par godschizo sur 19 juin 2014.

Une Réponse to “Entrent les mots”

  1. Tu ne soupçonnes pas Tu ne me soupçonnes pas
    La beauté qui émane de toi, De la beauté qui inspire
    Derrière ton égo et ses atours A ton égo qui expire
    Je vois bien, les jeux et les jours. Quand tu illumines ce qui ne brille pas
    Entre les lignes. Entre les signes

    Tu n’as pas idée Je me suis penché sur l’idée
    De la valeur que tu as, Est ce qu’un bruit existe
    Depuis silences et sarcasmes Dans un monde d’individualistes
    J’entrevois, frissons et fragilité. Ai-je besoin d’un toi pour m’aliter ?
    Entre les liqueurs. Entre les vignes

    Tu te demandes plutôt En ai-je vraiment envie
    Ce qui m’amène à toi, T’y sera plus chez toi que je n’y serais jamais
    Malgré les indices et les maux Sont-ce des réponses que tu cherchais ?
    J’aperçois, tes yeux et leur voile. Ou les questions que je trahis
    Entre les pourquoi. Entre les moi’s

    Tu ne mesures pas La folie est dans la démesure
    La force qui nous lie, Quand je spécule dans ta bulle
    Corps et âmes à chaque fois Quand je perle sous ta canicule
    Je sens bien, tes mains et tes soupirs. A la merci de tes blessures
    Entre les draps. Entre tes doigts

    Tue-nous d’absence Ce que tu prends ne te tues pas
    Ou vis-nous sans détour, Is the narrowest path
    Quelques mots et du sens Always the holiest ?
    Je crève de, adieu ou amour. Ce que tu vends ne te vaut pas
    Entre. Les mots. Entre les monologues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :