Chut

Long time no see.

La marée a fini par remonter. Et les volutes de se briser.

Écume amère en bouche, salée aux joues, noire au coin de l’œil. Mon sable déjà fin, poli de peur à maintes occasions, noyé à nouveau. Poussière d’étoile en immersion : monceau d’algues et de viscères, tachée pétrole et polymère. Du temps des tsunamis je me rappelle, submersion violente et passagère. On a voulu tout maîtriser. Hélas.

À force de barrages sur les rivières, d’infiltrations en faux filets, l’eau s’accumule et de son lit s’extirpe, torrentielle. Mes minuscules galets en masse compacte, brillante au soleil… joli mirage au microscope. Sous mes ongles, dans mes bronches, sur ma langue, les cailloux et l’océan passent en force. Un battement de cil englué : tout s’effondre, genoux broyés peau qui s’effrite sous la matière. Lorsque le calme relatif et mensonger se mue en chute des hémisphères, irrigation enjeux pression, secrets jusqu’à l’implosion. Chute.

Véloce et violente, la mer colère frappe et se retire : nettoyage de printemps fomenté en interne. Chloé je sais.

Publicités

~ par godschizo sur 13 mars 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :