In a manner of speaking

Je voulais juste te dire. À quel point tu es perdue. Planquée sous des monceaux de bienséance, des amas de rictus, des monticules d’hypocrisie, tu ne trompes personne. Ton masque s’est étiolé et plus rien désormais ne dissimule ton visage déçu, bouffi de regrets et d’envies. Sous le vernis craquelé apparaissent ce concave, ce convexe que tu t’acharnais à niveler. Ton inaptitude à lâcher du leste aura eu raison d’eux : au refus ils préfèrent l’indifférence.

Je te donne les mots.

Publicités

~ par godschizo sur 2 novembre 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :