Never thought I’d feel so ashamed

Dans les souffles et les rictus, capter le moindre de tes mouvements. Laisser le manque mettre en relief les pigments de ta peau, la force de tes sourires. En coin. Transparente jusqu’à la mœlle, jusqu’à l’erreur, je me maudis en silence. Mais comme certaines douleurs sont exquises, je me repais encore des volutes en cascade hors de ta bouche. Tenter de t’éclaircir : les vapeurs d’alcool et d’attitude brouillent ce que tu es. Je ne suis pas encore nyctalope dans ton obscurité. I smoke a dozen cancer sticks. Je me noie, tente une brasse maladroite dans l’écume de tes soirs. La marée monte jusqu’à mes cavités ; les larmes coulent, gorgées de sel et de mélasse. Hors de toi.
Et pourtant je sais. Clairvoyante, je suis consciente de ce que tu ne le veux pas. J’ai beau me perclure d’évidences, me flageller à coups de distance, c’est inéluctable. Perméable je demeure, de mes pores transpire ce que je te veux, et bientôt coule de mes commissures. The movie on your eyelids is no reflection of myself.

Publicités

~ par godschizo sur 8 juin 2010.

4 Réponses to “Never thought I’d feel so ashamed”

  1. Gloups…

  2. ce qui veut dire ?

  3. des émotions que je connais bien…

  4. *bisou de courage*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :