Isn’t it strange that people have eyes?

Prenez un microscope. Écrasez une mouche vulgaire et grossissez mille fois : tout n’est que beauté au fond de ses entrailles en bouillie. Du fond de la baignoire, levez les yeux au plafond : il semble azur le ciel à travers la fenêtre. Et puis une fois en face de la réalité grandeur nature, rendez-vous compte de ce que l’horizon est maussade. Retournez  dans l’eau chaude. Sur un strapontin inconfortable d’amphithéâtre, broyé par l’ennui, penchez le tronc en avant, et posez délicatement la joue à plat sur la table froide. Observez bien, aussi panoramiquement que faire se peut. Voyez comme tout est différent.
Lorsque le laid vous entoure, que la douleur est trop forte, plongez sans réfléchir dans ces abîmes de noirceur, approchez-vous au plus près des détails insignifiants, jusqu’à ne plus percevoir que des contours flous. Vous découvrirez de nouvelles couleurs. Des nuances inconnues, invisibles à l’oeil nu. C’est bien parce que dans chaque particule d’inesthétique réside un peu de beauté, parce que dans chaque monticule de souffrance réside une once de plaisir, que nous possédons des yeux.

Publicités

~ par godschizo sur 21 décembre 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :