Stunned by the look in your eyes

Je sens ton souffle sur ma nuque, tes mains sur mes hanches, tes lèvres dans mon cou. Je me délecte du parfum de tes cheveux, de la douceur de tes caresses, du goût de ta bouche. Quand nos âmes se mélangent et que plus rien d’autre n’existe, la raison s’évapore, emportant avec elle les questions vaines, les soucis chronophages, l’ennui meurtrier. À mesure que tes doigts se resserrent sur ma gorge, mes pupilles s’agrandissent, mes membres se figent, ma caboche se réchauffe. Je sens que je pars et te chéris de m’offrir une mort si lente et savoureuse.

Publicités

~ par godschizo sur 25 novembre 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :