I used to love going to bed

J’aime la nuit car tout est silencieux. Plus rien n’entrave mes cheminements internes. Mais. Plus rien ne bouge. J’ai beau rafraîchir toutes les pages, je suis seule. Plus personne pour inonder ma caboche. Je m’ennuie donc je suis. Je m’échappe de moi-même, m’observe quelques minutes, constate le vide. L’enveloppe est là, inerte. L’esprit s’enlise, disparaît. Le jour est une succession d’actions convenues, répétées, attendues. Le soir est mon tonneau des Danaïdes, celui que je charge de mes larmes de conscience. Avant, la nuit, il me forçait à m’allonger, à plonger plus tôt dans ce sommeil que j’adore tant. Il m’emplissait de sérénité : état béni, éphémère, que je chérissais en m’endormant. À présent, je remets au plus tard possible cet instant où je m’enfoncerai, mélancolique et triste, dans l’inconscience. Car ouvrir les yeux sur ce qui m’attend chaque jour est une souffrance indélébile depuis qu’il n’est plus là pour y incorporer un peu de vrai.

Publicités

~ par godschizo sur 7 octobre 2008.

Une Réponse to “I used to love going to bed”

  1. Je crois que j’aurais pu l’écrire..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :