Vive le chocolat, l’héroïne et la vodka

Bon alors je te préviens tout de suite lecteur, cet article n’aura sûrement ni queue ni tête (ce ne sera donc pas un homme) et sera entièrement inintéressant car il est destiné à me servir de défouloir, un peu comme les mouche-bébé sauf que là j’aspire moi-même ma propre morve à travers le coton.

Au commencement du chiant, il y avait le rhume. C’est pas cool le nez irrité et les frissons ; c’est dans ce genre d’instant sponsorisé par Kleenex qu’on se rend compte de l’aisance qu’on a à respirer avec les deux narines. Bref. Le rhume passe encore, it’s a pain that I’m used to : je suis au rhume ce que le PAF est à Michel Drucker.

En fait, ce soir, c’est samedi soir. Et hier soir, c’était vendredi soir. J’explique : hier, j’ai manqué le concert de Gong Gong et Etienne de Crecy à Scopitone pour m’être écroulée de fatigue à 18 h ; deux semaines que je me réjouissais de me rendre à l’éléphant pour une soirée électro agréable et hypnotique. Etat de léthargie zombiesque qui a duré jusque là maintenant tout de suite. C’est samedi soir donc, il est 21 h 01, l’heure où habituellement je retouche une dernière fois ma crinière et enfile mes Kickers avant de sauter dans une voiture ou un tram direction Nantes. Pourtant, aujourd’hui, il est 21 h 02, et je suis sous ma couette avec le PC pour seule source de lumière. Je tapote, je pleure, je m’ennuie.

Pour le moment à la fac je me sens très seule. Je n’ai pas encore sorti la grosse artillerie en matière de sociabilité, j’ai seulement tâté le terrain ; il a l’air miné. Je n’ai pas dit grand-chose, mais j’ai beaucoup observé ; les moqueries, les réflexions creuses, la pseudo-rébellion mêlée d’orgueil mal placé (pour imager : « fuck off quoi, c’est trop de la merde, c’est mort pour que je vienne à tous les cours »). Alors que je sortais de chaque cours plutôt satisfaite du programme annoncé et rassurée par la qualité des enseignants, le discours général relayé était « on va se faire chier », « il est moitié débile », « elle arrête pas de faire des fautes de français », et autres commentaires indignes proférés par de frais bacheliers récemment lâchés en pleine nature après des années de rétention au moment où leurs hormones en ébullition ainsi que leur besoin de s’affirmer sont plus fort que le respect, la gratitude et le bon sens. Je tenterai tout de même une approche la semaine prochaine, en espérant que la perspective d’une bière dans un pub nantais fera son effet. Si tel n’est pas le cas, je ne peux rien pour eux et vice-versa. Si l’opération fonctionnait, je pourrais peut-être ainsi découvrir, qui sait, de nouveaux compagnons de jeu pour écouler plus vite cette année-transition. L’espoir fait vivre.

Et en plus, je suis grave en manque.

Fin de la débandade j’ai mes paupières sont brûlantes.

J’irai cracher sur vos tombes. Ou bien vous baiserez dans mes cendres. Dépend de qui saura survivre, sur la longueur. « Vive le chocolat, l’héroïne, et la vodka ».

édit 21 h 50 : un appart tout chaud peuplé de gens de bonne compagnie voire pire m’attend ce soir… les affaires reprennent. je commençais à croire que ma vie virtuelle devenait plus passionnante que l’autre.

Publicités

~ par godschizo sur 20 septembre 2008.

3 Réponses to “Vive le chocolat, l’héroïne et la vodka”

  1. Je ne suis qu’un « frais bacheliers récemment lâchés en pleine nature après des années de rétention au moment où leurs hormones en ébullition ainsi que leur besoin de s’affirmer sont plus fort que le respect, la gratitude et le bon sens » et je serais content de te croiser et de combler ton désir d’une petite bière. Je serais plutôt « Chocolat, speed, Rhum » !

  2. Sentiment de solitude, de compagnie aux Kleenex, et d’espoir partagé..

  3. et bravo à PONY pour le titre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :