Et hop

Parce que celui-là j’aurais pu l’écrire. Ou presque.

Elle est moi comme je suis elle. Elle est en moi comme je voudrais être en elle.
Je suis de ceux qui ne dorment pas. Elle se couche tard.
Elle lit des romans. Elle a en a en retard… mais sa vie en est un, petite soeur de doute.
La pile s’ammoncelle sur un chevet bancal et elle voudrait écrire, et elle voudrait chanter, et elle voudrait courir au bras d’un chevalier qui lui dise qu’il l’aime, qui la regarde enfin comme la paume vierge d’une femme de demain. Mais elle ne peut se résoudre à écrire ses maux car la vraie douleur comme la beauté n’a pas de plume.

Le reste…

Publicités

~ par godschizo sur 9 juillet 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :