Il est tard. Ou pas.

Il est 2 h 23, la pluie martèle au-dessus de ma tête, je baille mais lutte contre le sommeil. Car plus on sombre tard dans la nuit, plus on repousse l’instant qui vous anéantit une journée : émerger, seule, chercher la chaleur, sortir un bras et s’empresser de le renfouir sous la couette, il fait froid à l’extérieur. Se dévisser la tête pour voir le temps qu’il fait, sans y parvenir. On est si bien inconscients. Mes plus beaux souvenirs sont ceux dont je ne sais s’ils sont de vieux épisodes nocturnes produits par mon cerveau ou de véritables moments que j’ai vécu. Pour le sauvetage de l’école primaire de l’éruption en compagnie du Hercule de Disney, je crois pouvoir affirmer que c’était un rêve. Surtout quand on a rejoint l’avion à la nage, où tout le monde matait un porno alors que des enfants se noyaient juste à côté, dans la mer bouillante envahie par la lave. Oui j’ai toujours eu une imagination débordante. Elle tend plutôt au glauque, je ne me réveille jamais après une nuit dans le château de Cendrillon, à moins qu’elle ne soit dépressive. Il est 2 h 34 et j’écris n’importe quoi. Ou pas.

Publicités

~ par godschizo sur 7 juillet 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :