Sous mon ventre

J’absorbe, technicolor et cristaux liquides. Les hanches cognent horizontal entre mes tempes. Un peu de sueur dans ma gorge, de lumière sur mes iris. Les doigts près des clavicules, le sang pulse sous l’enveloppe. Je bats la mesure de la ritournelle, elle se fait lancinante. Le whisky absorbé plus tôt en augmente la résonnance. Retrouver la sensation d’un mouvement sous mon ventre. Junkie en manque, ça démange et j’hallucine.

Couche-toi sur moi, embrase à froid mon cou et mes épaules. Donne-moi ta langue, laisse-moi te mordre un peu. Et puis viens vite en moi, reste longtemps, même immobile. Parce que je suis un peu moins vide lorsque tu me combles, un peu moins coquille. Soutiens mon regard, ne fuis pas, rassure-moi. C’est éphémère mais c’est déjà ça.

Publicités

~ par godschizo sur 4 juillet 2008.

2 Réponses to “Sous mon ventre”

  1. mais c’est qu’elle va me faire bander cette conne

  2. bé di dont c’est tout de même osé comme commentaire ça …….il faut dire elle va me faire partir vers un autre monde, comme si la mort se dessinais devant mes yeux et que jaillissait de mon corps un liquide sexuelement amoureu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :