Ça

Ça s’immisce partout. Crampes de l’estomac et brillance des yeux ; langue engourdie, collée au palais d’émotion ; souffle interrompu dans sa course à l’expulsion. Ça pose la question de la sanité de l’endroit ; la crasse accumulée attise-t-elle cette nécrose progressive ? Ou bien l’envers du problème s’il en est un. Ça est-il un outil agréable de nettoyage, au moins en surface ? Car ça annihile peu à peu le reste, état second délicieux recherché toujours plus. Ça n’est pas sain. Ça ne fait qu’endiguer la perdition de la raison. (Mal)heureusement, ça n’est qu’un facteur parmi d’autres. Pour le moment l’équilibre est maintenu. C’est bancal mais solide. Tant que le mur n’est pas roué de coups, la face est sauve.

Publicités

~ par godschizo sur 24 avril 2008.

Une Réponse to “Ça”

  1. Tant que le mur n’est pas roué de coups, la face est sauve.

    Interessant. A méditer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :