Seaside rendez-vous

Les volutes de l’Erdre, mêlés aux lueurs orangées des lampadaires et briquets nantais, sous un pont où fourmillent les éthyliques, les amoureux, les égoïstes, les troubadours, les suicidaires. La population dense et bigarrée se meut aux rythmes étouffés d’un jazz modernisé, métissé blues, electro. S’ouvrent les écoutilles et les esprits. Elle ne regarde pas la scène, horizon obstrué par multiples caboches et mains brandies. Elle observe le quai, lieu de toutes les beautés : les plus simples, sans trop de lumières artificielles. La musique dote cette vision d’un charme rafraichissant. Il la couvre de baisers dans le creux du cou. Elle se blottit contre son torse et le nargue dans l’obscurité, les yeux tournés vers un ailleurs en permanence. Se muer autre, Nessy d’un cours d’eau tendre et animé. Projeter le ça sur ce pont, baisser la tête et s’enivrer de sillons évasifs. Elle l’entoure de ses bras maigres et le serre, lui murmurer ne me laisse pas dans le syphon disparaître. Elle passe la main dans ses cheveux souples, parfaits. S’agripper, ne pas se laisser happer par les profondeurs, abyssales tentations.
03/09/07
Publicités

~ par godschizo sur 2 mars 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :