Fais pas ta sucrée

Un rêve perle sur son corps. Milliers de gouttes dévotion. Donne, reçois. Ou plutôt qu’un songe, une parenthèse. « Les idées viennent parfois sous forme de rêve », a dit la femme à la bûche. Mais ici, l’esprit ne nous effleure. Nous ne pensons plus, donc nous sommes. Seuls les sens sont en alerte, nos pores dilatés au diapason. Suinte, absorbe. Cette parenthèse nous façonne entiers. C’est lorsqu’elle prend fin qu’on y voit un rêve ; le terne dehors sublime le moment tout juste passé. J’aimerais ne vivre que dans ces parenthèses, qui perlent hors de moi plus sucrées qu’une vie.
06/12/07
Publicités

~ par godschizo sur 2 mars 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :