Clair de lune

Accoudé au blacon, il triture ses mains, s’en griffe dos et paume. Debussy martèle Clair de Lune derrière ses paupières. Il observe cette jeune fille qui rassemble ses affaires ; elle a trébuché, le contenu de son sac à main s’est déversé sur le bitume. Il sourit. Elle est jolie lorsqu’elle panique. Sa chevelure profite du mouvement pour tenter une évasion cuillère au sol. Son mascara perle goutte à goutte sur sa bouche haletante. Il décide de prendre sa vie en main, de cesser de réfléchir. Il agit sans penser conséquences. Il descend quatre à quatre les cinq étages qui la séparent d’elle, une bouteille de porto à la main. Elle rechigne, hésite longtemps, puis le suit. Une fois étendus sur l’édredon moelleux, le matelas confortable, elle l’embrasse dans un élan et lui brise la bouteille sur le front. Elle contemple un moment les morceaux de verre pillé qui jonchent la chair, hypnotisée. Elle finit son verre tranquillement, rassemble ses affaires et sort de l’appartement.
12/11/07
Publicités

~ par godschizo sur 2 mars 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :